4 défis du tourisme institutionnel numérique pour 2015

Le tourisme est en profonde mutation, qui est loin d’être due à la seule crise : les voyageurs modifient durablement leurs approches et leurs comportements, gagnent en autonomie, s’équipent sur le plan technologique, cherchent à vivre des expériences créatives. Pour les sites de destination, comment s’adapter sans tarder ?

Le monde du tourisme institutionnel est aujourd’hui très conscient des bouleversements dans l’approche du voyage et de la découverte des destinations, et peut s’appuyer sur des forces indiscutables, notamment sa capacité à produire du contenu riche et de qualité, à mobiliser des données, et à animer un réseau territorial.

Nous avons pu le vérifier au fil de discussions approfondies avec plusieurs de ses acteurs, à Paris, en province où à l’étranger, dans le cadre de nos démarches d’accompagnement à travers la plate-forme Iperiago.

© Rodrigo Ghedin / Flickr

© Rodrigo Ghedin / Flickr

Ce monde est néanmoins confronté – cela aussi, on le pressent, exprimé de différentes manières, sur le terrain – à 4 principaux défis sur le plan méthodologique :

1) l’innovation dans la stratégie de marque
Valoriser une destination, c’est lui donner un sens, créer la surprise, favoriser la stimulation, construire une image à la fois d’évidence et de découverte. C’est particulièrement vrai auprès des familles, du jeune public, mais de manière générale la mise en scène de la destination est aujourd’hui fondamentale pour séduire et fidéliser le voyageur, quel qu’il soit.

Il s’agit d’une véritable stratégie de marque qui passe par la construction d’histoires au travers, notamment, de parcours thématiques, d’expériences ludiques, d’orchestrations variées et originales d’un matériau – le patrimoine touristique – solide mais trop souvent figé dans une approche rigide.

2) l’appui des « prescripteurs locaux »
Le site de destination, en particulier, est donc un animateur de la marque, et plus encore un coordinateur dans un contexte où le voyageur se détermine en grande partie par la recommandation sociale, où l’écosystème touristique est infléchi par l’économie collaborative, les services entre particuliers.

La prise de parole de prescripteurs locaux, d’ambassadeurs, devient alors intéressante. Fournir un espace structuré de diffusion des contenus produits et prescrits par ces utilisateurs-clés a toutes les chances d’être qualitativement plus efficace que la constitution d’une large communauté passive, tout en étant, s’il est bien intégré aux réseaux sociaux, un facteur de viralité important car il crée les conditions d’un cercle vertueux au service de la fidélisation, puis d’une future recommandation.

3) l’accompagnement du voyageur connecté
Quelle sont les expériences numériques véritablement multi-écran ? Celles qui offrent au voyageur un moyen de préparer son séjour, son week-end, sa balade, depuis son ordinateur, mais aussi lui permettent, à destination, sur un smartphone, de profiter non seulement d’une information touristique en situation de mobilité, mais encore – avec ou sans connexion Internet du reste – de prolonger et poursuivre par des ajouts interactifs, ludiques, adaptés.

Le chantier n’est pas mince, qui consiste à considérer qu’un voyageur équipé sur le plan technologique vivra d’autant mieux son expérience qu’il se préoccupera moins des actions à accomplir pour cela : en pratique, il doit, sur chaque support, utiliser le même outil, sans même se préoccuper des mises à jour, des compatibilités, et avec à la fois un niveau de service similaire, et des adaptations légitimes. Il ne s’agit pas, en revanche, de fonctionner en silo.

4) Aller vite, malgré tout
Confronté à des processus complexes, et des moyens souvent limités, notamment en ressources internes, le secteur du tourisme institutionnel doit viser l’agilité et rechercher l’expertise.

Or, en matière de solutions technologiques par exemple, l’agilité, c’est l’adaptabilité sur une base générique solide ; l’expertise, c’est l’alliance de l’écoute et de la R&D. Ces combinaisons vertueuses vont permettre d’accélérer les projets, au moment où il est vital de ne pas se lancer dans la construction ou le maintien à flot d’une « usine à gaz ».

Quelques unes de nos convictions à ce sujet :

Pour ces acteurs du tourisme institutionnel, il faut maintenant matérialiser cette feuille de route. L’innovation raisonnée sera le fil conducteur de leurs démarches.

Share Button

02. mars 2015 par iperiago
Catégories: Le site | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *